Les essais de mai-juin 2018

 

Dernières nouvelles du monde © Editions Paulsen

Auteur : Eric Orsenna

Titre : Dernières nouvelles du monde

Edition : Paris : Editions Paulsen, 2018

Service de presse Le Point : « La soixantaine approchant, je me suis dit que l’heure avait sonné il était temps pour moi de commencer à comprendre le fonctionnement de cette planète qui m’héberge depuis si longtemps déjà.» Quoi? L’écrivain à l’énergie contagieuse et à la joyeuse moustache en serait arrive, lui aussi, à l’heure des bilans? On continue à lire l’introduction qu’il donne à l’ensemble de ses reportages au long cours regroupés
sous le titre « Dernières nouvelles du monde », et on se rassure : l’écrivain est juste en train de constater (et parla de se rassurer, peut-être, lui aussi) qu’il a toujours été cohérent. Comment le sait-il? Il aime les mêmes choses que quand il était étudiant : les matières premières, étudiées à la London
School of Economies, puis au cabinet du ministre Jeanpierre Cot, l’une d’elles l’inspirant assez, dans les années 1980, pour qu’il écrive le roman qui lui vaudra le prix Goncourt avec « L’exposition coloniale ». Heureux homme que celui qui peut se prévaloir d’une telle constance! (…) »

 

La grammaire est une chanson douce © Stock

Auteur : Eric Orsenna

Titre : La grammaire est une chanson douce

Editions : Paris : Stock, 2001

Résumé éditeur : « La Grammaire est une chanson douce est une fantaisie joyeuse. Jeanne, la narratrice, une jeune adolescente, pourraît être la petite soeur d’Alice, l’héroïne de Lewis Carroll, précipitée dans un monde où les repères familiers sont bouleversés. Avec son frère aîné, Thomas, elle voyage beaucoup : leurs parents sont séparés et vivent chacun d’un côté de l’Atlantique. Un jour, leur bateau fait naufrage et, seuls rescapés, ils échouent miraculeusement sur une île inconnue.
Accueillis par Monsieur Henri, un musicien poète et charmeur, ils découvriront un territoire magique où les mots mènent leur vie : ils se déguisent, se maquillent, se marient. C’est une promenade dans la ville des mots, pleine d’humour et de poésie, où les règles s’énoncent avec légéreté. Les tribus de verbes et d’adjectifs, les horloges du présent et du passé s’apprivoisent peu à peu, au rythme des chansons douces de Monsieur Henri. »

 

50 idées reçues sur l’état du monde © Armand Colin

Auteur : Pascal Boniface

Titre : 50 idées reçues sur l’état du monde

Editions : Paris : Armand Colin, 2018

Résumé éditeur : « Médias, réseaux sociaux, discours politiques ou repas de famille… les idées reçues sont partout. Réconfortantes et faciles à comprendre, elles nous donnent l’illusion de saisir un monde qui nous échappe. Mais la réalité est souvent ailleurs…
En interrogeant les idées reçues les plus répandues, Pascal Boniface nous invite à découvrir un monde de contrastes. Un œil dans le rétroviseur, il éclaire la scène internationale, les intérêts multiples qui s’y expriment et les constructions politiques ou économiques qui la gouvernent.

Par un regard critique et expert, cet ouvrage rend accessible à tous les questions qui agitent le débat public ! »

 

Croire aux forces de l’esprit © Fayard

Auteur : Marie de Hennezel

Titre : Croire aux forces de l’esprit

Edition : Paris : Fayard, 2016

Résumé éditeur : « Je crois aux forces de l’esprit.
Éclairer cette phrase, je pouvais tenter de le faire, puisque j’ai eu la chance d’être témoin pendant douze ans de la soif spirituelle de François Mitterrand. Un témoin privilégié, qu’il avait choisi lui-même. […] Ce n’est pas l’homme public, ni même l’homme privé, que j’ai appris à connaître, mais l’homme intérieur, aux prises avec ses interrogations métaphysiques, curieux des choses de la mort et de l’esprit. L’homme profond, à certains égards mystique, ayant un sens du divin, une expérience sensible de Dieu, qu’il a dû garder toute sa vie au secret.

Psychologue, psychothérapeute et conférencière, Marie de Hennezel est l’auteur de nombreux ouvrages, dont La Mort intime, préfacé par François Mitterrand. En tant que chargée de mission auprès du ministère de la Santé, elle a remis deux rapports qui ont contribué à l’évolution des pratiques d’accompagnement de la fin de vie. »