Les romans de janvier-février 2019

 

Leurs enfants après eux © Actes Sud

Auteur : Nicolas Mathieu

Titre : Leurs enfants après eux

Edition : Arles (France) : Actes Sud, 2018

Résumé éditeur : « Août 1992. Une vallée perdue quelque part dans l’Est, des hauts-fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a quatorze ans, et avec son cousin, pour tuer l’ennui, il décide de voler un canoë et d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence.
Avec ce livre, Nicolas Mathieu écrit le roman d’une vallée, d’une époque, de l’adolescence, le récit politique d’une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt. Quatre étés, quatre moments, de Smells Like Teen Spirit à la Coupe du monde 98, pour raconter des vies à toute vitesse dans cette France de l’entre-deux, des villes moyennes et des zones pavillonnaires, de la cambrousse et des ZAC bétonnées. La France du Picon et de Johnny Hallyday, des fêtes foraines et d’Intervilles, des hommes usés au travail et des amoureuses fanées à vingt ans. Un pays loin des comptoirs de la mondialisation, pris entre la nostalgie et le déclin, la décence et la rage. »

Frère d’âme © Seuil

Auteur : David Diop

Titre : Frère d’âme

Edition : Paris : Seuil, 2018

Résumé éditeur : « Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne.

Né à Paris en 1966, David Diop a grandi au Sénégal. Il est actuellement maître de conférences à l’université de Pau. »

 

Salina © Actes Sud

Auteur : Laurent Gaudé

Titre : Salina

Edition : Arles (France) : Actes Sud, 2018

Résumé éditeur : « Qui dira l’histoire de Salina, la mère aux trois fils, la femme aux trois exils, l’enfant abandonnée aux larmes de sel ? Elle fut recueillie par Mamambala et élevée comme sa fille dans un clan qui jamais ne la vit autrement qu’étrangère et qui voulut la soumettre. Au soir de son existence, c’est son dernier fils qui raconte ce qu’elle a été, afin que la mort lui offre le repos que la vie lui a défendu, afin que le récit devienne légende.
Renouant avec la veine mythique et archaïque de La Mort du roi Tsongor, Laurent Gaudé écrit la geste douloureuse d’une héroïne lumineuse, puissante et sauvage, qui prit l’amour pour un dû et la vengeance pour une raison de vivre. »

 

 

Les cigognes sont immortelles ©Seuil

Auteur : Alain Mabanckou

Titre : Les cigognes sont immortelles

Edition : Paris : Seuil, 2018

Résumé éditeur : « À Pointe-Noire, dans le quartier Voungou, la vie suit son cours. Autour de la parcelle familiale où il habite avec Maman Pauline et Papa Roger, le jeune collégien Michel a une réputation de rêveur. Mais les tracas du quotidien (argent égaré, retards et distractions, humeur variable des parents, mesquineries des voisins) vont bientôt être emportés par le vent de l’Histoire. En ce mois de mars 1977 qui devrait marquer l’arrivée de la petite saison des pluies, le camarade président Marien Ngouabi est brutalement assassiné à Brazzaville. Et cela ne sera pas sans conséquences pour le jeune Michel, qui fera alors, entre autres, l’apprentissage du mensonge.

Partant d’un univers familial, Alain Mabanckou élargit vite le cercle et nous fait entrer dans la grande fresque du colonialisme, de la décolonisation et des impasses du continent africain, dont le Congo est ici la métaphore puissante et douloureuse. Mêlant l’intimisme et la tragédie politique, il explore les nuances de l’âme humaine à travers le regard naïf d’un adolescent qui, d’un coup, apprend la vie et son prix.

Alain Mabanckou est né en 1966 à Pointe-Noire, au Congo-Brazzaville. Ses œuvres sont traduites dans le monde entier. Il enseigne la littérature francophone à l’Université de Californie-Los Angeles (UCLA). »

 

Idiotie © Grasset

Auteur : Pierre Guyotat

Titre : Idiotie

Edition : Paris : Grasset, 2018

Résumé auteur : « Cet Idiotie traite de mon entrée, jadis, dans l’âge adulte, entre ma dix-neuvième et ma vingt-deuxième année, de 1959 à 1962. Ma recherche du corps féminin, mon rapport conflictuel à ce qu’on nomme le “réel”, ma tension de tous les instants vers l’Art et vers plus grand que l’humain, ma pulsion de rébellion permanente : contre le père pourtant tellement aimé, contre l’autorité militaire, en tant que conscrit puis soldat dans la guerre d’Algérie, arrêté, inculpé, interrogé, incarcéré puis muté en section disciplinaire.
Mes rébellions d’alors et leurs conséquences : fugue, faim, vol, remords, errances, coups et prisons militaires, manifestations corporelles de cette sorte de refus du réel imposé : on en trouvera ici des scènes marquantes.
Drames intimes, politiques, amitiés, camaraderies, cocasseries, tout y est vécu dans l’élan physique de la jeunesse. Dans le collectif. »

 

Fracking © Albin Michel

Auteur : François Roux

Titre : Fracking

Edition : Paris : Albin Michel, 2018

Résumé éditeur : « La guerre, certains en meurent et d’autres en vivent.

Tandis que l’Amérique est en train d’élire Trump, les Wilson se battent dans les vastes prairies du Dakota transformées par l’exploitation providentielle du gaz de schiste. Ils se battent contre le cynisme des géants pétroliers qui intoxiquent leurs champs et leur eau, contre la résignation de ceux qui ont accepté de se laisser acheter et empoisonner.

Brillant chroniqueur de notre époque, François Roux, l’auteur de Bonheur national brut, place son nouveau roman sous le signe de la rupture. Rupture qui fend la terre et la coupe des hommes qui y vivent et l’exploitent. Rupture qui oppose le monde de la nature et celui de l’industrie. Rupture au sein de la communauté.

Remarquable radiographie des États-Unis d’aujourd’hui, Fracking raconte notre société, sa colère et sa violence. »

 

Il est grand temps de rallumer les étoiles © Fayard

Auteur : Virginie Grimaldi

Titre : Il est grand temps de rallumer les étoiles

Edition : Paris  : Fayard, 2018

Résumé éditeur : « Dans le camping-car du grand-père, sur les routes de Scandinavie, une mère et ses deux filles de 17 et 12 ans se retrouvent loin de chez elles avec une seule envie : rentrer. Au fil des rencontres, des fous rires et des révélations, ce voyage risque pourtant de changer leur vie.

Un roman qui donne envie de dire à ses proches qu’on les aime.
Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.
Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour.
Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

Anna, Chloé, Lily. Trois femmes, trois générations, trois voix qui se répondent. Une merveille d’humour, d’amour et d’humanité.

Romancière à succès, Virginie Grimaldi est l’auteure de trois best-sellers, Le Premier Jour du reste de ma vie, Tu comprendras quand tu seras plus grande et Le Parfum du bonheur est plus fort sous la pluie. »

 

Dernier été pour Lisa © Seuil

Auteur : Valentin Musso

Titre : Dernier été pour Lisa

Edition : Paris : Seuil, 2018

Résumé éditeur : « On les appelle « les Inséparables » : Lisa, Nick et Ethan, trois adolescents qui grandissent ensemble près du lac Michigan, dans une bourgade du Wisconsin. À la fin de l’été 2004, leur paisible existence vole en éclats : Lisa est retrouvée assassinée sur la plage. Après une enquête bâclée, Ethan, son petit ami, est arrêté et condamné à la prison à vie.

Douze ans plus tard, installé à New York, Nick est devenu un écrivain à succès. Mais les fantômes du passé ne sont pas près de le laisser en paix : contre toute attente, Ethan vient d’être remis en liberté. De retour dans sa ville natale, Nick va devoir affronter l’hostilité des habitants, toujours convaincus de la culpabilité de son ami. Pour innocenter définitivement son ami et parvenir à se reconstruire, il n’aura d’autre choix que de faire la lumière sur la mort de Lisa et de retrouver le véritable meurtrier.

Avec ce nouveau thriller d’une redoutable efficacité, Valentin Musso nous entraîne au cœur d’une petite ville américaine en apparence sans histoires, et qui cache bien ses secrets.

Né en 1977, Valentin Musso est agrégé de lettres. Il est l’auteur de six romans, traduits dans plusieurs langues, dont Sans faille (Seuil, 2014), Une vraie famille, (Seuil, 2015), en cours d’adaptation cinématographique, et La Femme à droite sur la photo (Seuil, 2017). »

 

La femme à droite sur la photo © Seuil

Auteur : Valentin Musso

Titre : La femme à droite sur la photo

Edition : Paris : Seuil, 2018

Résumé éditeur : « Los Angeles, 1959. L’actrice Elizabeth Badina se volatilise durant le tournage du film qui devait faire d’elle une star. Enlèvement? Meurtre? Disparition volontaire? Malgré l’enquête conjointe de la police et du FBI, l’affaire ne sera jamais résolue.

1998. Après un succès fulgurant au box-office qui a fait de lui la coqueluche d’Hollywood, le scénariste David Badina affronte une traversée du désert. Incapable de mener à bien le moindre projet, il est contacté par Wallace Harris, légende vivante du 7e art et metteur en scène paranoïaque, qui lui demande de travailler au scénario de ce qui sera sans doute son dernier film. Ils ne se sont jamais rencontrés mais un lien unit les deux hommes : Wallace Harris n’est autre que le réalisateur du drame policier qui devait lancer la carrière d’Elizabeth, la mère de David. Et l’un des derniers à l’avoir vue vivante.

En acceptant son offre, le scénariste va tenter de découvrir ce qui est arrivé à sa mère quarante ans plus tôt. Quitte à déterrer de vieux secrets qui feront voler sa vie en éclats.

Né en 1977, Valentin Musso est l’auteur de cinq romans traduits dans plusieurs langues. Après le succès d’Une vraie famille, il entraîne le lecteur dans une histoire aux rebondissements vertigineux, au cœur d’une Amérique de rêves et de désillusions. »

 

La Porte des Lions © Éditions Luce Wilquin

Auteur : Michel Claise

Titre : La Porte des Lions

Edition : Hannut (Belgique) : Éditions Luce Wilquin, 2018

Résumé éditeur : « S’il fallait un symbole pour figer un instant l’incroyable destinée de Heinrich Schliemann, ce serait incontestablement le moment où il franchit la porte majestueuse des ruines de Mycènes menant au palais sanglant des Atrides – une porte surmontée par deux lions qui s’affrontent de part et d’autre d’un pilier sacré reposant sur un autel –, tel Agamemnon de retour de la guerre de Troie, avant qu’il soit assassiné par Égisthe, l’amant de la reine Clytemnestre. C’est la raison du choix du titre de ce roman qui a l’ambition de transformer en personnage de fiction cette personnalité hors du commun, comme le XIXe siècle, celui des grands aventuriers, a su en livrer à l’histoire du monde. »

 

Agatha © Plon

Auteur : Frédérique Deghelt

Titre : Agatha

Edition : Paris : Plon, 2017

Résumé éditeur : « Le 4 décembre 1926, on retrouve la voiture d’Agatha Christie abandonnée, en pleine campagne. La romancière a bel et bien disparu. Elle reparaît onze jours plus tard, inscrite sous un faux nom dans un hôtel. Amnésie consécutive à un accident ? Folie passagère ? Fugue ? Drame conjugal ? Ou opération publicitaire ? Le mystère, très médiatisé, va contribuer à populariser la reine de l’intrigue.
« Mon roman revisite à la 1re personne, dans un soliloque, cet épisode douloureux de la vie d’Agatha Christie. Perturbée par la perte de sa mère qu’elle adorait et par la trahison de son mari qui était l’homme de sa vie, Agatha ne peut plus écrire. Que se passe-t-il quand un auteur est dans ce moment pathologique, incapable d’aligner deux lignes et qu’il transforme sa vie en fiction? L’intérêt de cette « fugue » est la façon dont l’auteur a conçu le mystère de sa disparition. Que se passa-t-il dans son esprit ? Où est la frontière entre vie et fiction ? Comment a-t-elle vécu ces jours loin de sa famille, dans une totale angoisse de voir s’étaler dans les journaux cette intrigue personnelle dont elle n’avait probablement pas mesuré la portée médiatique ?
Il était essentiel dans l’histoire que je souhaitais raconter d’être très ancrée dans les lieux où vivait Agatha Christie, où elle a élaboré une partie de ses romans et dans lesquels se sont déroulés les neuf jours de sa disparition.
J’ai donc refait tout le trajet d’Agatha, de son domicile à Londres, jusqu’à Harrogate, passant le même nombre de jours dans cette ville de cure et tentant de mettre mes pas, presque cent ans après, dans ses journées d’attente et d’incertitude.
Dans ces moments où elle n’écrivait plus, le ton du livre est devenu la pensée, une certaine forme de folie liée à la perturbation émotionnelle intense qu’elle venait de subir. Cela m’a permis de rentrer dans le processus fragile d’une romancière bien plus romantique, comme le prouvent les livres qu’elle publia après cette aventure sous le pseudo de Marie Westmascott, que celle de ses histoires policières. » Frédérique Deghelt »

 

J’ai encore menti ! © Flammarion

Auteur : Gilles Legardinier

Titre : J’ai encore menti !

Edition : Paris : Flammarion, 2018

Résumé auteur : « Laura se pose beaucoup de questions. Comment réussir sa vie ? Est-il possible de manger tout ce que l’on aime sans prendre dix kilos ? Comment trouver l’amour ?
Trop de doutes pour être heureuse, trop d’envies pour se contenter du banal… Jusqu’au jour où un accident va complètement effacer sa mémoire.

La voilà à nouveau débutante face à la vie, obligée de tout redécouvrir : les bonbons, les soutiens-gorges, les garçons, l’électricité et les lois qui gouvernent l’univers… Libérée des a priori, portée par un cœur affamé et un cerveau qui se cherche, Laura entame une aventure unique et hilarante. En ne sachant plus rien, elle a peut-être enfin une chance de devenir elle-même… »

 

Une douce odeur de pluie © Milady

Auteur : Jojo Moyes

Titre : Une douce odeur de pluie

Edition : Montreuil (France) : Milady, 2018

Résumé éditeur : « Lorsque Kate fuit son Irlande natale afin d’échapper aux tensions familiales, elle se fait la promesse de toujours être une amie pour son enfant. Quinze ans plus tard, l’histoire semble pourtant se répéter : un gouffre immense s’est creusé entre Kate et sa fille Sabine. Elle envoie donc l’adolescente chez Edward et Joy, les grands-parents qu’elle connaît à peine.

Marquée par sa séparation douloureuse avec Kate, Joy se réjouit à la perspective de passer du temps avec sa petite-fille. Mais l’arrivée de la réticente Sabine fait resurgir un secret de famille longtemps enfoui, et Joy doit enfin confronter son passé. Après tout, il est peut-être temps de guérir de vieilles blessures… »

 

Un amour infaillible © Fleuve éditions

Auteur : Anne B. Radge

Titre : Un amour infaillible

Edition : Paris : Fleuve éditions, 2018

Résumé éditeur : « Après une vie mouvementée, Tormod Neshov, le patriarche de la famille, coule enfin des jours paisibles dans sa maison de retraite. Plus rien ne l’empêche désormais de baigner dans les souvenirs de son premier amour, une histoire qu’il a dû nier toute sa vie et que pourtant il n’a jamais oubliée. Pour rien au monde il ne souhaite donc retourner à la ferme où règne dorénavant sa petite-fille Torunn. Bien décidée à honorer désormais son héritage et à remettre l’exploitation en état, elle s’investit aussi dans l’entreprise de son oncle Margido, lequel, après des années de solitude, commence enfin à s’ouvrir au monde. Erlend, de son côté, a pris un congé à son travail pour garder un oeil sur la rénovation de la villa de Klampenborg. Tout pourrait être parfait… si son compagnon Krumme n’était pas d’une humeur de chien à cause de son nouveau régime. Comme souvent, c’est lorsqu’on pense que la vie est un long fleuve tranquille que de nouveaux événements viennent tout faire basculer. »

Les Suprêmes chantent le blues © Actes Sud

Auteur : Edward Kelsey Moore

Titre : Les Suprêmes chantent le blues

Edition : Arles ( France) : Actes Sud, 2018

Résumé éditeur : « Lorsqu’une romance naît sur le tard entre deux octogénaires – Forrest Payne, propriétaire du sulfureux Pink Slipper Gentlemen’s Club, et Beatrice Jordan, connue pour proférer des menaces de damnation éternelle en direction des clients sortant de ce lieu de perdition –, leur mariage attire en ville une véritable légende. El Walker, le grand guitariste de blues, a en effet accepté de venir jouer le morceau préféré du marié, son vieil acolyte, à Plainview, dans l’Indiana, précisément là où il avait juré quarante ans plus tôt – et à juste titre – de ne plus jamais remettre les pieds.
Mais El ne sera pas le seul natif de Plainview à voir se dres­ser devant lui les fantômes du passé. Attablé chez Earl comme tous les dimanches après la messe, l’inséparable trio des “Su­prêmes” est de retour avec son lot de défis à relever : Clarice, face à la chance (et la peur) de sa vie, celle d’embrasser une grande carrière de pianiste longtemps appelée de ses vœux ; Barbara Jean, aux prises avec la mort d’une mère dont la vie fut synonyme d’humiliation pour toutes deux ; et Odette, confrontée aux colères d’un mari qu’elle ne parvient plus à comprendre.
Après le triomphe de son premier roman, Edward Kelsey Moore revient avec une bouleversante histoire de pères et de fils, de péchés de jadis et d’acceptations à venir, qu’incarnent de nouveau, sous le signe d’une irrésistible drôlerie, des per­sonnages aussi puissants qu’attachants. »

 

Munich © Plon

Auteur : Robert Harris

Titre : Munich

Edition : Paris : Plon, 2018

Résumé éditeur : « Septembre 1938. Hitler est prêt à déclarer la guerre. Le premier ministre du Royaume-Uni, Chamberlain, fera tout pour conserver la paix. Tout se jouera dans une ville : Munich.
Tandis que l’avion de Chamberlain survole la manche, Hitler quitte le sud de Berlin en train. Tous deux se dirigent vers Munich.
De leur côté, deux jeunes hommes entament le même voyage : Hugh Legat, secrétaire privé de Chamberlain, et Paul Hartmann, diplomate allemand et membre de la résistance au nazisme. Amis durant leurs études à Oxford, avant qu’Hitler n’arrive au pouvoir, ils ne se sont pas vus depuis leur dernier voyage à Munich, six ans plus tôt.
Alors que le destin de l’Europe est en train de se jouer, leurs chemins se croisent à nouveau.
Quand les enjeux sont si grands, qui êtes-vous prêt à trahir ? Vos amis, votre famille, votre pays, ou votre conscience ? »

 

Conclave © Plon

Auteur : Robert Harris

Titre : Conclave

Edition : Paris : Plon, 2017

Résumé éditeur : « Un suspense haletant qui nous ouvre les portes de l’élection la plus secrète du monde.
Le pape est mort.
Derrière les portes closes de la chapelle Sixtine, cent dix-huit cardinaux venus des quatre continents vont participer à l’élection la plus secrète qui soit.
Ce sont tous des hommes de foi. Mais ils ont des ambitions. Et ils ont des rivaux.
En secret, les alliances se préparent.
Ce n’est plus qu’une question d’heures… L’un de ces cardinaux va devenir la figure spirituelle la plus puissante au monde. Sur la place Saint-Pierre, deux cent cinquante mille chrétiens attendent de voir la fumée blanche apparaître… »

 

Regrets éternels © Albin Michel

Auteur : Pieter Aspe

Titre : Regrets éternels

Edition : Paris : Albin Michel, 2018

Résumé éditeur : « Entre 1982 et 1985, une série de braquages sanglants terrorise la Belgique. Vingt-huit personnes tuées de sang-froid et pas l’ombre d’une piste fiable. Quarante ans plus tard, l’énigme des « tueurs du Brabant » reste d’une brûlante actualité.
C’est précisément sur ce dossier que travaillait le journaliste d’investigation Michel Lambrechts. Retrouvé chez lui avec deux balles dans la tête, il laisse des informations capitales aux mains de tueurs qui ont embarqué tous ses documents.
En se lançant dans l’enquête, le commissaire Van In et ses acolytes n’ont qu’un espoir : ne pas finir comme tous ceux qui se sont frottés à cette histoire, dont le procureur Demedts, retrouvé pendu…
Des coulisses du pouvoir aux scandales politiques sur fond de grande criminalité : Pieter Aspe rouvre l’une des pages les plus sombres de l’histoire de la Belgique. Passionnant. »

 

La Poussière du temps. Tome 1 : Rue de la Glacière © Hurtubise

Auteur : Michel David

Titre : La Poussière du temps. Tome 1 : Rue de la Glacière

Edition : Montréal : Canada : Hurtubise, 2005

Résumé éditeur : « Au moment où, grâce à la Deuxième Guerre mondiale, s’achève la Crise, la vie conjugale commence pour Jeanne et Maurice. Dans le Montréal des années 1940, tous les espoirs sont permis même si le quotidien reste souvent rebutant.

Pour Jeanne, le manque d’argent ou la quête annuelle du logement ne sont pas ses plus grands soucis. Maurice, l’amoureux doux et attentionné qui lui faisait la cour, se révèle être, dès le lendemain des noces, un compagnon bien étonnant. Loin de sa famille et souvent enceinte, la femme doit alors mener une lutte incessante pour assurer la survie de ses enfants et l’harmonie de sa famille.

Ainsi commence, entre la tradition rurale et la modernité urbaine, une grande saga du Québec du XXe siècle. Dans son récit sobre et réaliste, l’auteur donne une image vivante de l’Est montréalais, fidèle à une époque où les qualités du cœur, le dévouement et la générosité, se dressaient devant les petits et grands malheurs du monde. »

 

La Poussière du temps. Tome 2 : Rue Notre-Dame © Hurtubise

Auteur : Michel David

Titre : La Poussière du temps. Tome 2 : Rue Notre-Dame

Edition : Montréal : Canada : Hurtubise, 2005

Résumé éditeur : « Le temps passe dans le quartier ouvrier où loge la famille Dionne, rue Notre-Dame. Au gré des rentrées scolaires, des fêtes de Noël, des naissances et des vacances, la vie, lente et exigeante, poursuit son cours, réservant à Maurice, Jeanne et leurs enfants son lot d’épreuves mais aussi ses moments de bonheur.

Nous voici au beau milieu des années 1950. À la radio, on écoute Un homme et son péché et Chez Miville, alors que la mystérieuse télévision fait son apparition dans les vitrines des magasins de la rue Mont-Royal.

Fidèle à son habitude, Maurice s’emporte à tout moment. L’argent est encore et toujours au centre de tous les litiges; il se fait de plus en plus rare à mesure que s’agrandit la famille. Les traits tirés par l’angoisse et les grossesses qui l’assaillent, Jeanne se réfugie au presbytère où elle va trouver conseil, aide et réconfort. Mais les enfants Dionne ne sont pas dupes pour autant. L’aîné des fils, Paul, ne songe qu’à sortir de cet éternel combat contre la misère. Il deviendra prêtre s’il le faut… même s’il ne croit plus vraiment en Dieu. »

 

Le discours © Gallimard

Auteur : Fabrice Caro

Titre : Le discours

Edition : Paris : Gallimard, 2018

Résumé éditeur : « Tu sais, ça ferait très plaisir à ta sœur si tu faisais un petit discours le jour de la cérémonie.» C’est le début d’un dîner de famille pendant lequel Adrien, la quarantaine déprimée, attend désespérément une réponse au message qu’il vient d’envoyer à son ex. Entre le gratin dauphinois et les amorces de discours, toutes plus absurdes les unes que les autres, se dessine un itinéraire sentimental touchant et désabusé, digne des meilleures comédies romantiques.
Un récit savamment construit où le rire le dispute à l’émotion. »

 

Janet © JC Lattès

Auteur : Michèle Fitoussi

Titre : Janet

Edition : Paris : JC Lattès, 2018

Résumé éditeur : « L’histoire de Janet Flanner est indissociable de celle du New Yorker, dont elle fut la correspondante à Paris pendant un demi-siècle.
Féministe, pacifiste, gay, séductrice, brillante styliste à l’humour mordant, cette Américaine fut une figure du Paris intellectuel et artistique d’après-guerre. Dès les années trente, elle perçut la menace totalitaire. Chroniqueuse de la vie parisienne, elle s’improvisa alors journaliste politique et enquêtrice, et parcourut l’Europe pour témoigner de son temps – Hitler, Pétain, Nuremberg, le maccarthysme, Matisse, Braque, Malraux, De Gaulle comptent parmi ses reportages et portraits les plus marquants.
Pour la première fois, Michèle Fitoussi fait revivre celle qui, bien avant Truman Capote, Tom Wolfe ou Gay Talese, inventa le journalisme littéraire, mais qui n’accéda à la célébrité qu’à la fin de sa vie, lorsque le National Book Award la couronna.
Cette biographie qui se lit comme un roman, et où l’on croise Ernest Hemingway, Nancy Cunard, Sylvia Beach, Natalie Barney ou encore Gertrud Stein, nous transporte d’Indianapolis à Orgeval, du Paris de la lost generation à l’Amérique du New Yorker, sur les traces d’une femme résolument libre, qui voulait être la voyageuse de son siècle. »

 

Magique © Presses de la cité

Auteur : Danielle Steel

Titre : Magique

Edition : Paris : Presses de la cité, 2018

Résumé éditeur : « Danielle Steel apprécie les Dîners en Blanc – pique-niques surprises- où de nombreux convives vêtus de blanc, apportent leur repas et leur jolie vaisselle pour fêter l’art de vivre à la française. La romancière s’est inspirée de cette expérience pour nous livrer une histoire romanesque. Jean-Philippe et Valérie assistent comme chaque année à ce fameux dîner, ils y rencontrent un couple milanais, une scénariste et un riche indien. Durant la soirée, des liens se nouent, d’autres se dénouent… Un an plus tard, au nouveau dîner, tout a changé… c’est ce que Magique raconte. »

 

 

Sans défense © Belfond

Auteur : Harlan Coben

Titre : Sans défense

Edition : Paris : Belfond, 2018

Résumé éditeur : « Un adolescent est retrouvé à Londres dix ans après avoir été kidnappé aux États-Unis. Que s’est-il passé ?

Patrick et Rhys, amis et voisins, ont été kidnappés alors qu’ils jouaient ensemble. Leurs parents ont versé une rançon mais les petits garçons n’ont jamais réapparu, laissant les deux familles dans l’angoisse et le doute. Dix ans plus tard, à Londres, Win, l’oncle de Rhys, croit reconnaître l’un des deux garçons. Il appelle en renfort son meilleur ami, le détective Myron Bolitar. Ils retrouvent Patrick mais Rhys reste introuvable. Peut-il encore être sauvé ? Que s’est-il passé pendant ces dix années ? Pourquoi Patrick refuse-t-il de confier ce qu’il a vécu ? »

 

Continuer © Les éditions de minuit

Auteur : Laurent Mauvignier

Titre : Continuer

Edition : Paris : Les éditions de minuit, 2018

Résumé éditeur : « Sibylle, à qui la jeunesse promettait un avenir brillant, a vu sa vie se défaire sous ses yeux. Comment en est-elle arrivée là ? Comment a-t-elle pu laisser passer sa vie sans elle ? Si elle pense avoir tout raté jusqu’à aujourd’hui, elle est décidée à empêcher son fils, Samuel, de sombrer sans rien tenter.
Elle a ce projet fou de partir plusieurs mois avec lui à cheval dans les montagnes du Kirghizistan, afin de sauver ce fils qu’elle perd chaque jour davantage, et pour retrouver, peut-être, le fil de sa propre histoire. »

 

Duo à quatre © J’ai lu

Auteur : Emily Giffin

Titre : Duo à quatre

Edition : Paris : J’ai lu, 2007

Résumé éditeur : « Darcy poursuit un but unique : être la plus belle, la plus populaire. Elle vit superficiellement, avec, pendus à son bras, des sacs de luxe et un fiancé au pedigree exceptionnel. Son boulot, dans les relations publiques, lui permet d’étaler ses multiples dons tout en étant payée pour cela. Tout est donc parfait, du moins selon le point de vue de Darcy. Jusqu’au jour où sa meilleure amie lui vole son séduisant fiancé. Enceinte d’un amant éphémère, Darcy n’a plus qu’une seule solution : s’enfuir à Londres et s’installer chez son ami d’enfance, Ethan. Là, elle tente de recréer sa vie glamour mais connaît ses premiers échecs. C’est alors qu’elle découvre la joie de la maternité et les vraies valeurs de l’amitié et de l’amour… Duo à quatre est le portrait amusant et plein de charme d’une jeune femme qui apprend le véritable sens du bonheur, loin des apparences d’une vie superficielle et mondaine. »